photo1 photo2

Météo

Météo
compteur

Visites sur le site

Patrimoine naturel.



Notre commune a la chance de bénéficier d’un environnement naturel diversifié et de qualité.

Un sentier de randonnée d’environ 2 km vous permet de découvrir un milieu varié, de haies, d’arbustes et d’arbres. Ce circuit en boucle (voir plan ici) offre à vos regards une variété d’espèces communes ou plus rares, telles que : aubépine, alisier torminal, cornouiller sanguin, fusain, noisetier, ronce sauvage, églantier, chèvrefeuille, viorne obier, prunellier ou épine noire, lierre, sceau de Salomon, troène sauvage. Créé et entretenu par des bénévoles, il a été soutenu et enrichi par la municipalité qui a souhaité y créer en 2006 un verger conservatoire planté d’arbres « de chez nous » : pommier rambour, mirabellier de Metz, questschier d’Alsace, Reine-claude dorée, noyer rouge, cognassier, néflier, questchier de Létricourt, poirier, pêcher de vigne. Voir le dossier « Photos ».

La vallée de la Nied. A proximité du verger conservatoire, vous aurez l’occasion de surplomber la vallée où coule notre paisible rivière : la Nied française. Tout au long des saisons, le panorama vous offrira une vallée embrumée à l’automne, prise dans le givre en hiver, lumineuse au coucher du soleil lorsque les ombres des peupliers s’étirent dans les prairies où niche le courlis cendré. Propice à la pêche ou aux promenades, la rivière baigne de nombreux moulins dont celui de Bazoncourt, tout près de Lemud. Son lit et ses rives abritent aussi une faune et une flore spécialisée que le naturaliste patient aura la primeur de découvrir : grèbe castagneux, colvert, poule d’eau, foulque macroule, héron, martin pêcheur, bergeronnette, mésanges de plusieurs espèces. Au printemps, le courlis cendré établit son nid dans les prairies humides. En hiver, ses prairies humides peuvent servir de refuge temporaire à des troupes de grues cendrées en route vers le détroit de Gibraltar via le lac du Der en Champagne. Voir le site des oiseaux du moulin en cliquant ici. La rivière qui prend sa source à Marthille, près de Morhange, file ensuite vers les 2 Courcelles puis Condé-Northen où elle est rejointe par la Nied allemande. Toutes deux se fondent dans la Nied réunie qui file vers Bouzonville puis l’Allemagne. Voir le site du Syndicat Intercommunal de la Nied française en cliquant ici.

Les orchidées. Aux mois d’avril, mai et juin, les bords de chemin et certains vergers vous offriront le plaisir de découvrir des fleurs discrètes mais éminemment précieuses : les orchidées. Une dizaine d’espèces ont été recensées par les naturalistes du secteur, parmi lesquelles l’ophrys bourdon, l’orchis bouc, la platanthère, l’orchis pourpre, l’orchis pyramidal, l’orchis de Fuchs, la listère à feuilles ovales, l’orchis mouche, l’orchis homme pendu, l’ophrys abeille. Ces étonnantes petites merveilles présentent des caractéristiques étonnantes : elles peuvent distiller un parfum afin d’attirer un papillon, elles peuvent prendre une forme particulière afin de leurrer un insecte pollinisateur. Le recours à ces stratagèmes en fait des plantes « intelligentes » qui assurent ainsi leur propre pollinisation et donc leur reproduction. Des plantes rares à découvrir en vous munissant d’un guide approprié. Voir le site de l’école en cliquant ici.

Le marais de La Prâle. En contrebas de Vaucremont, tout près du ruisseau de l’Elvon, se trouve une pièce d’environ un hectare, couverte de roseaux d’où son nom : une roselière. Parfois appelée marais en raison de son caractère humide, elle représente une richesse naturelle en raison de son milieu et des espèces animales et végétales qu’elle héberge. Son entretien et sa gestion ont été confiées par la commune au Conservatoire des Sites Lorrains qui établit un plan de gestion afin d’y développer la présence d’hôtes rares ou d’y favoriser l’installation d’un prestigieux rapace qui y nichait jadis : le busard cendré. En raison de la raréfaction de tels espaces, cette espèce a pris l’habitude d’aller nicher dans les parcelles de céréales voisines où les ornithologues essayent de les protéger au moment des moissons, en accord avec les propriétaires. Protéger de tels espaces permet d’y développer la diversité biologique (vieux arbres, saules creux, arbustes, roseaux, carex, laîches, mares, trous d’eau, oiseaux, petits mammifères, insectes, papillons) et d’y accueillir des espèces transitant d’un site vers un autre (notion de corridor, de trame verte et bleue). Voir le site du Conservatoire en cliquant ici. www.cren-lorraine.com

Bois et Forêts. A proximité de nos villages existent des forêts mais elles sont privées, donc en principe interdites d’accès. Vaucremont a la particularité de posséder une forêt située à plusieurs kilomètres de la commune, en forêt d’Hémilly. Elle correspond à une donation effectuée à Vaucremont avant le rattachement à la commune en 1812.

Milieux ouverts, boisés, forestiers, arbustifs ou couverts, secs ou humides : à Bazoncourt, la nature vous attend et vous tend les bras en toute saison !



Retour en haut de la page Retour en haut de la page